October 29, 2010

Comment travaillent les acteurs du BTP en Asie ?

Comment travaillent les acteurs du BTP en Asie ?: "Senior Vice-président de Bentley Systems, Jean-Baptiste Monnier dirige le bureau Pékinois de l’éditeur et s’occupe de la zone Asie Pacifique. Méthodologie, approche BIM, travail offshore, il livre à btpinformatic.fr sa vision d’un marché gigantesque (...)"

October 23, 2010

Pourquoi Apple ne liberera jamais Facetime

Apple vient de lancer Facetime sur ces Desktops, il s'agit de la nouvelle evolution en terme de communication, passer de la voix a l'image.
Si l'on considere que la technologie voix c'etait de la radio, Facetime, c'est de la television.

Si l'on estime que l'on passe le plus claire de son temps dans un environnement baigne de Wi-Fi, cela signifie donc que l'on ne passera d'ici peu plus un seul appel via les reseaux 3G et autres.

Apple vient donc de copyrighter la forme la plus evoluer de communication.

October 21, 2010

Apple officialise la guerre du proprietaire et du libre

Je ne peux m'empecher de constater le climat de tension qui commence a monter de plus en plus entre les 2 courants de pensees que sont le libre et le proprietaire. Ces derniers jours, j'ai croise differents signaux symptomatique d'une monte en puissance de ces oppositions:

  • Deuxieme coup de semonce de Microsoft, une video ouvertement Openophobe


Outre la musique et le montage anxiogene, c'est aussi le ton propagandiste et les images subliminale de 'totalitarisme' qui sont presente dans cette video qui donne la puce a l'oreille, et met en doute le bien fonde du contenu.


Je me souvient surtout que les arguments avances en filigrane sont tres similaire a une certaine guerre froide  qui a ecorche le monde durant une 30 aine d'annee.

Juste pour le plaisir, les associations Open-Source ont deja repondu par le passer a des attaques similaires (en 2005), et vont certainements de nouveau repliquer a cette escarmouche.



  • Troisieme signal collecte sur mes flux, Ecrans.fr qui releve les propos presque aggressifs, et pour le moins vaporeux dans la justification du iPapy Steve Jobs a propos d'Android. En stigmatisant tout particulierement l'ouvert contre le proprietaire


  • Enfin, dernier act, lors du SuperBowl Geek, iPapy a propose un Sneak Peak sur le Lion que sera OSX 10.7, incluant en particulier l'integration d'un App Store. Englobant ainsi la complete chaine de distribution logiciels de toute sa plateforme.
Si Ubuntu Desktop propose exactement le meme service depuis quelques temps deja, je ne suis pas inquiet,  en particulier a cause de la position ouverte de Ubuntu, et du statue transparent de cette entreprise.
En revanche quand je vois apparaitre le meme dispositif sur la plateforme ultra-verouille qu'est Apple, connaissant les accointances d'iPapy avec Larry Ellison, je n'ai pas du tout le meme point de vue.

Edit 1

Les chaines de TV americaine se refuse a Google, et seront donc tres certainement apparaitre magiquement sur le reseau pomme

To be Edited

October 20, 2010

Ethique & Numerique


Pour commencer une petite video (pour une fois c'est en Francais), ca dur moins de 20 minutes, et c'est tout pleins de story telling


Un peu de Vocabulaire:

  • L'expression « franchir le Rubicon » évoque une personne se lançant irrévocablement dans une entreprise aux conséquences risquées.
  • Pour les plus acharne, la definition de l'ethique selon wikipedia(pour info, cette definition a recu l'aval de chercheurs et philosophes, et a presque mis 6 mois a etre ecrite et valide)
  • Et donc ce qu'il reste a etudier, c'est Éthique de l'informatique


Je ne souhaite pas lance un debat sur l'ethique, j'en suis bien incapable, je n'ai absolument pas ce genre de competences.
Non, ce que je souhaite relever, c'est le degre de prise de conscience de nous - geek - face a ces technologies numerique.

2 questions

  • Avez-vous deja eu la sensation, en decouvrant un nouveau produit, une nouvelle technologie, un service... la sensation que cette technologie met a disposition un usage qui puisse vous deranger, vous rendre mal a l'aise? (un peu comme une Coulrophobie numerique)
    • Si "Oui, j'ai deja eu cette sensation": cela a-t-il change vos considerations vis-a-vis de ces technologies, et de ces usages?
    • Si "Non, je n'ai jamais eu cette apprehension": pensez-vous qu'il y a une "limite" dans le champs applicatif des technologies numeriques?


  • L'idee de comites d'Ethique dedie aux technologies du numeriques (a l'image des comites d'Ethique dedie aux technologies de la biologie), vous semble-t-elle: extreme, inapproprie, reactionnaire, libertaire...
Edit 1

Mes reponses aux questions:
  • Oui, j'ai eu cette sensation etrange quand j'ai decouvert ce jeux videos japonais, ou realisation cinematographique, et considerant que la chaine de distribution des produits numeriques n'est plus maitrisable par un distributeur, j'ai eu cette sensation etrange, un peu mal a l'aise. Je considere que ces creations ne doivent pas etre 'interdites', ce n'est pas mon propos ici, mais cette situation: ces creations existent & elles sont universellement accessible, ca en revanche, ca m'a rendu perplex
  • Concernant l'idee d'un comite d'ethique qui pourrai mettre en place un moratoire (comme c'est le cas en bioethique), je pense qu'il est plus sage d'avoir de tel groupements. Meme s'ils ne devaient a terme ne rien produire du tout. Je vois ca comme une demarche humaniste, ou tout du moins humanisation d'une technologie. (j'me souviens plus bien mais je crois que dans CyberPunk, cette idee d'ethique numerique revient beaucoup egalement)
Nota: j'ai teste/approche ces 2 produits, je considere le film plus violent que le jeu. La polemique autour du jeu reste un peu sur-fait

Edit 2

  • Concernant ce jeu video, il est accepte et parfaitement legal au Japon, il a recu l'aval d'un comite d'ethique de ces paires, et rentre parfaitement dans le cadre de la loi Japonnaise, c'est d'ailleurs un produit exclusivement Japonais (pas de portage multilangue, interface tres type...), cependant l'interconnection des reseaux, et l'impossibilite de maitrise la diffusion du titre exclusivement au Japon pose une situation limite: ce qui est legal au Japon ne l'est pas forcement ailleurs (typiquement ce produit serai interdit en France), la societe editrice est-elle responsable si son produit est diponible WorldWide? ou est-ce la technologie qui le permet?
  • Autre contenu que j'utilise, un film Serbe, d'un auteur Serbe, qui presente son travail, issue des guerres d'ex-yougoslavie, le film est plutot violent, et j'estime qu'il doit etre vue a condition d'avoir en complement un documentaire explicatif, au minimum d'un text/interview de presentation qui explique les conditions et objectifs de ce travail, cette mise en garde etant partie integrante du travail de l'auteur. La encore, c'est un produit qui existe en tant que tel, mais [b]il n'est pas possible de garantir la forme[/b]: une selection des scenes les plus derangeantes (y'a de quoi faire), dissocier le film de son text d'introduction, de mise en perspective...
Je ne parle donc pas des contenues, mais plutot des technologies qui les permettent: l'impossibilite de maitriser la diffusion  d'une oeuvre numerique (grace au reseau Internet), et la capacite de re-ajustement d'une oeuvre pour en deformer le message (l'accessibilite des logiciels de creations)

Je ne m'attarderai pas sur ces oeuvres, et je pense que des creations similaires existent depuis longtemps, je m'interesse plus a l'environnement technologique actuel qui change les modes et les usages, et jusqu'ou peut-on continuer sans prevaloire d'un minimum raisonnement avant une mise en oeuvre, clairement, l'exemple <1> de la video propose. 

Bien sur il s'agit en filigrane de considerations Morale (Ethique et Morale sont tres liees).
Pour ne pas aller trop vite en besogne, je propose surtout ces 2 questions, qui restent simple et accessible je pense

Une autre video a scandale oeuvre datant de 2008

Si une technologie n'est pas responsable des usages que l'on peut en faire, en revanche, l'entite (l'etat/l'entreprise/les personnes) qui les implemente et les exploitent, elle ce doit d'avoir conscience de ces usages et d'en etre responsable.
  • IBM et l'etat Nazi (non, c'n'est pas Godwin) sont responsable de l'exploitation de cette technologie, pas forcement au meme niveau de responsabilite
  • Cisco qui implemente ces technologies DPI (deep packet inspection) pour la Tunisie & la Chine de meme
  • Nokia qui a implemente ces technologies de surveillances pour l'Iran

Mais au faite ces vieux medias ils evoluent?

Journaux, revu, magazine, radio FM, TV... tout ce beau monde n'en finis pas de chercher a se repositionner sur la grille des parts et audiences face a leurs annonceurs (oui car les lecteurs et publics, ce ne sont pas les premieres preocupations)


Petite perle de ce Lundi: culture pub revient rapidement sur les problemes fondamentaux de la radio, mais comment mesure-t-on une audience en radio? Ainsi que l'arriver des cameras dans les studios de radio (europe1, RTL, France Inter/Info)


On peut aussi aller plus loin avec l'arriver des emissions specialisees proposer par des magazine/quotidients, en particulier je pense a Telerama et les Inrocks qui n'en finissent pas de redefinir leur positions: nouvelle maquette des Inrocks, et de plus en plus d'emission audio pour Telerama... mais aussi Liberation qui fait de plus en plus d'emissions...


On en viendrais presqu'a leur dire: venez sur Internet, au moins les couts de distributions sont limiters, et les mesures d'audiences sont optimimum: au clic pret...


La presse commence a donner de la voix, et les Radios commencent a resembler de plus en plus a des plateaux de TV... je m'etonne de moins en moins que certains personnages en perdent leurs latin


Edit 1
Il faut tout de meme que je m'auto-modere:


On en viendrais presqu'a leur dire: venez sur Internet, au moins les couts de distributions sont limiters, et les mesures d'audiences sont optimimum: au clic pret...
Bon, la mesure au clic pret, ce n'est pas encore ca, je m'emballe un peu vite...


Les Echos publient un article pour relater les problemes des mesures d'audience des contenus en ligne


  • Mesurer un nombre de telechargement, sans savoir si l'emission a ete vu, cela revient a additionner des telechargements fantomes
  • Mesurer un visionnage en streaming, sans savoir si l'emission a ete vue plusieurs fois par la meme personne, cela revient a mesurer une rediffusion
Pour rappel, nous sommes en 2010, mediametrie a sortie son outils de mesure des podcast en mi-2009, le podcasting etant actif depuis 2005 (voir meme avant). Les videos en streaming dates de la meme epoque: "2005, creation de youtube", et mediametrie commence desormais a s'interesser au sujet...


La prochaine etape, sera d'avoir un outils de mesure pour l'audience d'un fichier partager en P2P... :P (une combinaison entre tracker/peer/seed) le peercasting?


Edit 2


Allons encore un peu plus loin dans l'evolution des Radios, en l'exemple de NPR, la radio national public americain qui est finance a hauteur de 1% par les subventions de l'etat.


Contrairement aux radios francaise qui ont decide de faire entre des camera dans les studios d'enregistrements, eux ils sont partis du principe qu'ils devaient etre accessibles partout, tout le temps, a n'importe qu'elle occasion.
Autre point d'attention, au lieu de se transformer en TV, NPR prend de plus en plus de place pour le text.


Une interview Robert Spier est directeur du développement des contenus au sein de NPR Digital sur RFI

October 17, 2010

Program On Demand, la lourde charge des Podcatcher

Sans etre un ayathola du podcasting, je reste attache aux sens premiers de la fonction, un Program On Demand.
Rien de mieux qu'une petite video de CommonnCraft pour expliquer tout ca





Suivant ce principe de base, le podcasting est une forme evolue du blog, a condition qu'il englobe les 2 fonctions determinantes: un contenu media riche (audio ou video), et un access le plus libre possible a ces meme contenues.

"Je me souviens qu'a une certaine epoque il etait possible d'utiliser des 'aspirateurs' de sites web, qui avaient au moins l'avantage d'absorber tous les contenus accessible sur un site..."

Un billet de blog ne contenant generalement que du text et des images, la ou le podcast induit l'association d'un fichier audio ou/et d'un fichier video au billet du blog, viennent ensuite les limites de l'agregateur de flux, qui ne permettent qu'un certain nombre de fonctions, souvent bien limites:

  • Les aggregateurs generalistes, (en lignes ou hors-lignes) ne collectent generalement qu'un composant, le text et parfois les images (en detruisant allegrement la mise en forme) et oublient de l'autre cote les fichiers adjoints (audios, videos, pieces jointes). Heureusement, cette tendance semble changer (Netvibes ayant ete le premier a inclure un lecteur audio a son interface)
  • Les aggregateurs specialises ont la capacite dans certains cas d'utilisations et selon des specifications contraignantes, de collecter les pieces audios et videos qui sont inclusent avec le billet. iTunes etant de loin le plus usite pour cette fonction, mais etant egalement extremement limite.
  • enfin il est encore impossible de voir un aggregateur capable de collecter indifferemment tous types de contenus et de les organisers par librairies thematiques
Pour satisfaire l'autre imperatif du podcasting: un access libre, quand on veut, ou l'on veut; intervient l'autre charge des agregateurs, la synchronisation avec les appareils mobiles externe. Plus il existe de type d'appareils, plus il existera de methodes et specifications de synchronisation. Il est etrange qu'avec le Wi-Fi le bluetooth, et les avalanches de normes et protocoles sur les radios-frequences, cette synchronisation reste fillaire.

Le plus simple pour un agregateur etant de posseder une structure module permettant, via des plugins externe, d'acquerir une capacite de synchronisation (comme pourrai le proposer SongBird?)

Les outils
Les outils accessibles possedant et proposant les fonctionalites suffisantes sont:
  • iTunes: l'outils de gestion multimedia par Apple, un logiciel tres limite en terme de fonctionalites, mais ayant l'avantage de proposer une solution tres integre verticalement
  • doubleTwist: apres une periode de doute et de manque de positionement, ce logiciel c'est desormais etablis comme le jumeaux diabolique d'iTunes, proposant petit a petit les memes fonctionalites, mais pour l'autres systeme d'exploitation mobile qu'est Android. Il est interessant de note que doubleTwist est originellement un systeme de DRM multi-plateforme
  • Songbird: est l'outils libre, base sur le meme noyautage que Firefox, il a pour objectif d'accepter un tres large ensembles de flux en entree, et d'etre l'un des plus interoperable en sortie...

October 13, 2010

J'aime beaucoup Telerama, car c'est le magazine qui arrive toutes les semaines sur la table du salon de la maison, et ce depuis plus de 20 ans deja. J'ai toujours eu plaisir a parcourir les pages cinema, theatre, musique...
Tout naturellement, je n'ai pas pu faire suivre mon abonnement au cours de mes deplacements, j'ai donc changer d'abonnement pour un format RSS, et comme il est possible de choisir ses themes, j'ai opte pour les Nouvelles Technos, qui reste le sujet qui m'interesse le plus.

Bien que ce soit surtout un flux dormant, j'ai dernierement beaucoup apprecie ces 2 articles qui s'interesse a mes sites d'informations prefere sur le journalisme numerique, et sur un autre type de journalisme.

En revanche, j'ai beaucoup moins apprecie le point de vue de Telerama au regard de la e-reputation. On y melange allegrement la e-reputation des personnes, et celle des entreprises, amalgamant la e-reputation et le droit a l'oublis que defends NKM, en appelant au passage a "une legiferation de l'internet" mais ne s'interroge surtout pas sur un manque d'education de chacun par rapport a ce nouvel outils qu'est Internet?

L'annecdote du Cadena Kryptonite denonce par un consommateur inquiet de la fiabilite du produit et de la fonction a laquelle il est soumis passe pour une faute, qui a coute des milions a sa societe. De mon cote, je considere cela comme une bonne chose: une entreprise qui vend un produit non-aboutis, et communique dessus, et qui ne voudrais pas prendre la responsabilite qui lui incombe, c'est certainement une tres bonne chose que le consommateur puisse ainsi demontrer les failles d'un systeme inacheve.
L'entreprise incrimine semble toujours en vie, et il y a fort a parier que cet evenement l'a rendu plus fort encore dans son secteur d'activite.

Internet fait disparaitre la friction qui limitai auparavant la diffusion et l'accessibilite des informations, qui nous concerne. Il est bien sur tres etrange de se rendre compte que le monde continue de tourner meme quand nous dormons, et qu'une histoire ou un evenement que nous avons vecu continue d'exister une fois cette evenement passe. Nous nous sommes meme evertue a creer le plus d'outils possible pour memoriser ces evenements: appareils photos et cameras... Et maintenant, sous pretexte que tout cela peut-etre compile et remis ensemble, il faudrait que tout cela disparaisse? Redefinir l'histoire a notre convenance, voila qui est une demarche tres Orwellienne, Miniver (en nov-langue) a toujours procede ainsi, une reecriture permanente de l'histoire.

Je ne veut pas d'une societe ou la population ne s'assume pas! Si diffamation il y a, il est possible de s'en proteger, mais dans 95% des cas, il ne s'agit pas de diffamation, mais plutot de la verite qui devient accessible a chacun. Une verite brute, dans sa plus simple forme est toujours plus violente qu'une histoire enrobe de nov-langue.

Alors oui, une education de chacun reste a faire face a cet outil qu'est Internet, tout comme il a ete necessaire d'eduquer l'usage des telephones portable dans les salles de cinema, et qu'il est necessaire d'eduquer les enfants a ecrire en suivant les lignes de son cahier.

October 12, 2010

Mort a la publicite de grand-papa

La Tribune ce 12-OCT"Au premier semestre, le chiffre d’affaires de la vidéo en ligne a fait un boom de 170 % en France, selon le Syndicat des régies Internet (SRI). Les tarifs des spots publicitaires, qui sont placés avant, pendant ou après ces nouveaux formats, sont de 3 à 5 fois supérieurs à ceux des bannières classiques. [b]Notamment parce que l’internaute accepte sans broncher le spot publicitaire de 30 secondes diffusé avant la vidéo qu’il a choisi de regarder[/b]."(via @si)
Je crois donc qu'il y a des publicitaires qui meritent des coups de batte dans la g...
Croire que l'internaute est suffisament passif pour accepter de regarder une video, et accepter de regarder 30 secondes de publicites avec, c'est:
 - de l'intox aux annonceurs pour garder des prix haut "l'internaute regarde veritablement"
 - de l'intox aux regies pour les faires venir sur ce creneaux: "venez achetez des enclosed videos plutot que des bannieres"

L'internaute que je suis est un teflon face a la publicite brainwash, je prefere largement regarder CulturePub, et les selections de Canne (celui-ci pas l'autre), plutot que de subir un visuel que je ne souhaite pas. En terme d'intrusion aux forceps les publicitaires nous ont apporte les pop-up, les bannieres, l'illusion de la lol-monetisation d'un blog a base de CPM, de meme pour les jouraux...
Je n'accepte pas de regarder une publicite avant une video, la nuance est que j'accepte de ne pas pouvoir eviter cette publicite moyennant payement, et mon temps de cerveau n'est toujours pas disponible!

Le jour ou les plateforme de video deviendrons payante (et ca arrivera un jour ou l'autre, Vimeo la premiere certainement), je me jette dessus, pour peu qu'ils ont une editorialisation qui a du sens

Bref, j'ai un probleme fondamentale avec la 'reclame' surtout quand elle est a la sauce de grand-parpa, je prefere largement un placement produit, un sponsoring, ou un infommerciale bien fait, mais surtout pas le stupid 30 secondes pour un produit X ou Y, j'en ai marre des scientifiques en blouse blanche qui conseils du dentifrice, j'en ai plus qu'assez des ephebes imberbe qui me conseil un parfum...

October 11, 2010

Ces medias qui s'ajoutent une dimension

Je reagie toujours tardivement.

L'arrive d'Internet dans le mode de distribution de l'information et des contenus de medias n'en finis plus de deplacer les lignes entre un media et un autre. Presse quotidienne ou hebdomadaire, Radios et Televisions sont toutes contraintes de s'ajouter une dimension a leurs mode de diffusion.

Toutes les TV se sont contraintes sans veritablement comprendre pourquoi a deformater de plus en plus leurs ecrans, elles sont donc passe du flux, au stock et ont installer differentes solutions de television de ratrappage, avec plus ou moins de succes, plus ou moins de contenu disponible, et surtout plus ou moins d'accessibilites.
Il n'est pas rare de se voir refuser l'acces a ces services pour cause d'IP etrangeres. La television qui etait une activite de l'instantanéité fait fit de la temporalite desormais.

Les Radios (les grandes frequences nationales) ce sont ajoutes une dimension en passant sur Internet: la video: Pour Radio France et Europe 1 en tout cas, c'est la course a l'audience a l'antenne, mais aussi sur le clic video, il faut pouvoir buzzer et faire reboucler son contenu, si l'on a rate la revue de presse de 8h30, il est toujours possible de voir la video en ligne. Les plus geeks d'entre-nous savent recuperer ce meme contenu hors-ligne.

La Presse profite tres bien de la meme mutation, chaque quotidiens s'est ajoutee une section video/audio: ici, la ou encore ici. Seul Le Monde fait un choix d'orientation vers les webdocumentaires. Les hebdomadaire, ont egalements fais la meme demarche, en particulier les Edito video de Christophe Barbier. Telerama et les Inrocks sont egalements passe aux emissions thematique, avec une webradio pour Telerama, ou une webTV pour les Inrocks.

Tous les curseurs ont bouge, toutes ces redactions qui faisaient un metier pluridisciplinaire sur un support uniforme, font desormais un travail uniforme sur un plurisupport.

Pourquoi Pogoplug n'est pas une ouverture d'Internet

(c) 2010 CloudEngines


Dans l'episode 84 de Geek Inc, une webTV, dont j'apprecie particulierement les contenues, il est presente un petit jouet le Pogoplug. En soi, cette start-up a une bonne idee de principe, s'opposer aux services concentrationistes comme DropBox ou ZumoDrive, en proposant un equipement materiel qui genere sur le reseau un systeme de partage de fichiers: permettants le streaming de films et musiques egalement.
J'ai arrete d'utiliser ces services que sont ZumoDrive et DropBox car je ne supportais pas cette idee de stocker mes donnees et documents sur un service distant que je ne peux pas controler. A cette question, pogoplug y repond clairement: les donnees ne sont pas stockees dans un cloud quelconque, elles sont toujours a disposition dans mon ordinateurs, sans etre repliquees.

J'ai donc ete tres tente de pousser plus loin dans le modele, car un systeme qui propose enfin un peu plus d'Internet, cela m'interesse. Mais la desillusion est assez immediate:
  1. Le produit prends la forme d'une boite supplementaire qui s'ajoute entre tous les autres outils de la maison: le routeur-wifi, la machin-box du FAI (exclusivite en France), le NAS, la Time Capsule, le media center... Bien que cette boite ne doit pas consommer beaucoup de courant, cela revient encore a ajouter un element qui n'est pas necessaire fondamentalement, car chacun possede deja le materiel suffisant pour realiser les fonctions de partages, il faut donc se douter que cette petite boite fait entree autre chose dans la maison?
  2. Mesquinerie profonde le modele proposer: pas de WiFi, ni de stockage, dans la mesure ou le systeme est fait pour etre relie au reseau de la maison ce n'est pas dramatique, il est tout de meme tres mesquin de faire croire qu'un protocole de partage de document en ligne coute 100EUR
  3. Mais qu'est ce que c'est que cette histoire d'enregistrement et activation sur le site??? Le voila donc le cheval de Troy! J'achete un produit materiel, j'aimerai pouvoir m'en servir sans avoir a l'activer quelqu'part!!! De meme pour les personnes avec qui j'echange des fichiers, elles doivent etres inscrites pour avoir un permalien?!! Cela revient donc au meme en terme d'enregistrement des donnees echangers, la maison mere (pogoplug) est capable de retrouver ce que j'echange, et avec qui? Encore une fois ma vie privee ne m'appartient plus, c'est encore un fork de DropBox et ZumoDrive, une forme moderne d'MSN! mes informations passent par un noeuds de centralisation qui n'est pas necessaire au model.
  4. Une tres bonne demarche que voila: proposer ce produit en Open Source, dans l'ensemble beaucoup de parties du code sont disponible, il faut donc esperer que l'on puisse aller une etape plus loin: retirer l'activation materiel, j'ai pourtant bien l'impression que cet open source ne permet pas exactement cette liberter.
  5. J'echange mes fichiers avec mes amis/collegues/partenaires, mais quid de l'integration et d'une convergence: si j'ai une video sur ma cle USB, je peux l'echanger directement sur facebook? pareil pour mes photos? le system n'ayant pas de stockage, et n'etant pas un server web, c'est un intermediaire entre le contenue de ma cle USB et le liens que je poste... mes donnees passants par une boite noir, dont je ne connais que les entrees/sorties
  6. Pourquoi ces echanges de fichiers ne se font il pas en PeerToPeer, si vous etes une entreprise, ou un groupe de travail, pour echanger beaucoup de fichiers, et de maniere volumineuse entre vous, la meilleurs facons, et la plus rapide, cela reste le PeerToPeer: un reseau par innondation etant plus puissant qu'un reseau par commutation de paquets (c'est la grande force de services comme Spotify tout simplement)
Bref, je valide la demarche de cette Start-Up qui permet de redonner un peu plus d'acceccibiliter a nos donnees, sans passer par des dropbox/zumodrive et autres cloud-storage-services c'est exactement le produit necessaire qui peut faire ombrages aux geants concentrationistes (en UGC) comme facebook, flickr et meme Youtube..., mais pour le moment, ce produit revient surtout a fuir un noeud pour en cree un autre, et de faire entrer dans sa maison un produit de plus dont on ne connais pas toutes les fonctions.

Un tres gros point possitif serai d'ajouter un espace de stockage avec apache, Ubuntu Home Server, voir meme un serveur Diaspora dans la boite, car au moins cela cree un point Internet chez soit, qui symbolise sa presence en ligne, et ensuite deuxieme etape de faire disparaitre ce lien avec les server de PogoPlug...
Pour donner une idee d'un produit interessants, voir les dernieres minutes de cette presentation de Benjamin Bayard, a partir de la 48ieme minute.

[Maj1] Heureusement, les Hackers sont deja sur le pied de guerre pour y installer un serveur (L)AMP sur une Pogoplug

[MaJ2] Qu'elles sont les solutions de home hosting envisageable pour eviter de retrouver ces donnees aux 4 coins du web? ...

October 6, 2010

Qui est le conccurent de Microsoft

J'ai longtemps cru qu'Apple etait le direct conccurent de Microsoft, mais depuis que je suis passe de l'un a l'autre, passer d'un systeme Lock In a un autre systeme Lock In n'apporte pas particulierment de changements, il est evident que le noyaux de l'un par rapport a l'autre propose une meilleur synergie des outils, il n'en reste pas moins que chacun de ces systemes sont de veritables autoroutes a peages. Une fois depasser les etapes de consommations passive, il est tres difficile de passer a l'etape de production active, sans passer un moment ou un autre par la caisse enregistreuse.

D'un point de vue marketing, payer pour une solution technologique, ou payer pour la solution du conccurent, cela n'a fondamentalement pas beaucoup d'importance, car la consommation est toujours la. En revanche, le logiciel libre c'est une autre conception. Le pouvoir de creation reste le meme, mais sans couts d'entree, pour le marche du logiciel, cela signifie qu'un client qui n'est pas pret a payer aujourd'hui ne sera certainement pas pret a payer demain, c'est donc un client perdu.

October 5, 2010

Blender Foundation

Il n'y a pas que les logiciels a 3000,00 EUR la license sur le marche.

Blender est un moteur de rendu 3D libre, qui est gerer par la Blender Foundation, apres un sympatique Buzz avec Big Buck Bunny, ils remettent le couvert avec une nouvelle creation Sintel.
Ce sont donc 2 courts-metrages, en Creative Commons, et realise avec un logiciel libre, bravo aux equipes de realisations et de programmation.

Edit: bien avant, en 2008, La Blender Foundation avait deja sortie un jolie bijou, Elephants Dream


Les Hackers sortent du bois

Petite perle de 104 minutes trouve sur TechToc.tv


October 4, 2010

Le logiciel libre en entreprise

Quand et comment le logiciel libre prend-t-il place dans l'entreprise, petite revue de documentaires/reportages sur ce sujet:




  • Techtoc TV a egalement ouvert une serie de plateau sur le sujet, en voici deja un, le plateau contient egalement un message implicite a propos de Cisco


  • intelli-n.tv, une WebTV entierement dediee aux logiciels libres propose egalement un debat sur le sujet du bussiness modele s'appuyant de base sur le logiciel libre


  • Enfin, un ouvrage que je viens de decouvrir, le Livre Blanc de l'APRIL, qui reprend un chapitre integralement dediee aux modele economiques.

Quel modele economique est innovant

Le logiciel proprietaire est present dans toutes les entreprises, avec ces couts de licenses associee. Pour certainne categorie de logiciels certain n'hesite pas a appeler ca du racket, surtout quand le cout de license est superieur a son propre salaire, et ce pour un seul poste uniquement.

Bien sur, il reste toujours la possibilite de travailler sans license, mais dans ce cas, cela revient a mettre des le premier jour de creation de son entreprise, une epee de damocles au dessus de ces compts...

Actuellement, j'imagine bien recree un eco-systeme de logiciels sur des bases libres (en open source d'abord), puis en adaptant la license apres coup.
Cela permet ainsi d'envisager son activiter directement en integrant la conception de ces propres outils, plutot que d'avoir a utiliser un logiciel (payant) sans formation qui fait 5% des activites que l'on recherche, et 95% d'autres fonctions que l'on ne rechreche meme pas.

Beaucoup d'entreprises sont actuellement dans la complete possibilite de basculer sur un model completement Libre: les artisants, les agences de services, les petits commercants...

October 3, 2010

Piqure de rappel de ce qui ne passe pas souvent a la TV

Petite piqure de rappel en ces temps d'HADOPIsation de l'Internet Francais.


Mais au faite c'est quoi une monnaie

Quand j'achete un un paquet de cigarette au toko, dans la rue, j'echange tout simplement un bout de papier contre un paquet de cigarette. Nous sommes tous les 2 d'accords pour considerer que ce bout de papier avec un 1 dessus est equivalent en valeur, qu'une boite en carton, entoure de plastique, avec une vingtaine de tige de nicotine a l'interieur.
Actuellement, j'en doute fortement, mais la monnaie reste cette artifice intermediaire symbolisant un echange: j'ai un dollars de moins dans mon portefeuille, le marchand a un paquet de cigarette de moins a vendre.

Quand je procede a la meme transaction pour acheter un cours de maths a un professeur, que ce passe t'il? Le professeur vient a la maison, il passe 3h avec moi m'explique la grande difficulte des mathematiques... Je passe 3h avec lui, il passe 3h avec moi, nous avonc donc consommer autant de temps l'un que l'autre. Le prefesseur est certainement venu en voiture, ou en transport en commun, et repartiera de meme, il consommera donc un peu plus de temps que seulement 3h. Pourtant, au moment de partir, il semble normal de payer egalement pour ces 3h de cours de mathematiques, ce que nous payons a cette instant, ce n'est pas du temps, car je l'ai consommer egalement, ce n'est pas du materiel. C'est de la connaissance, du savoir, la capacite a transmettre ce savoir?
C'est donc une transaction qui echange un bien materiel (une monnaie), avec un bien immaterielle (le savoir), cette echange ce fait par un contact humain, le professeur vient a la maison.

Sur Internet, et avec toutes ces technologies mobiles, la connaissance et le savoir auquel il est possible d'acceder est quasiement infinie, en tout cas considerer comme trop vaste pour etre embrasse par une seule personne, il me semble donc que le savoir du professeur est tres certainement accessible d'une autre maniere: en passant plus de temps devant mon ordinateur, en posant des questions sur des forums specialise, et en attendant patiemment les reponses... Le tout pour une somme forfaitaire mensuelle.

Pourquoi ce contenu si precieux, ce savoir que j'ai accepte de payer en faisant venir un professeur, je ne veut pas le payer quand je le retrouve a l'identique sur Internet?
Me manque t'il une echelle de valeur a laquelle je peux me referer pour mesurer le savoir que je trouve et que je gagne sur Internet? Une Monnaie de l'Internet?

October 2, 2010

Le contenu d'Internet ne vaut rien

J'ai tweete cette phrase ce matin, suite a une longue conversation hier soir avec ma partenaire.

Ce matin, je suis dans la complete incapacite de recreer la discussion que nous avons eux hier.
Cependant, le Web etant si performant, qu'il m'est possible de collecter des informations, et les propos de gens bien plus doue que moi pour approcher tout ca.

Les notions de bases se retrouvent ici en gros:
 - Democratiser la monnaie
 - La Banque du Temps
 - Les SEL

Avec surtout une tres grosse question, qu'est-ce qu'une monnaie? Pour moi, je considere une monnaie comme un outils de mesure commun qui definie d'un objet tangible et constitutife, en revanche, j'ai deja beaucoup plus de mal quand la monnaie sert a acheter de l'intangible: de la musique, une histoire, une idee...

Dans les vapeurs de mon cerveau brumeux de ce matin, je me souviens d'avoir dit hier soir: "Une idee ne vaut rien, et il n'est pas possible d'en estimer un prix, en revanche la capacite d'execution de cette idee a une valeur"

Bref, je dois encore desembrumer mon cerveaux pour comprendre la tempete qui s'y est tenu...