October 13, 2010

J'aime beaucoup Telerama, car c'est le magazine qui arrive toutes les semaines sur la table du salon de la maison, et ce depuis plus de 20 ans deja. J'ai toujours eu plaisir a parcourir les pages cinema, theatre, musique...
Tout naturellement, je n'ai pas pu faire suivre mon abonnement au cours de mes deplacements, j'ai donc changer d'abonnement pour un format RSS, et comme il est possible de choisir ses themes, j'ai opte pour les Nouvelles Technos, qui reste le sujet qui m'interesse le plus.

Bien que ce soit surtout un flux dormant, j'ai dernierement beaucoup apprecie ces 2 articles qui s'interesse a mes sites d'informations prefere sur le journalisme numerique, et sur un autre type de journalisme.

En revanche, j'ai beaucoup moins apprecie le point de vue de Telerama au regard de la e-reputation. On y melange allegrement la e-reputation des personnes, et celle des entreprises, amalgamant la e-reputation et le droit a l'oublis que defends NKM, en appelant au passage a "une legiferation de l'internet" mais ne s'interroge surtout pas sur un manque d'education de chacun par rapport a ce nouvel outils qu'est Internet?

L'annecdote du Cadena Kryptonite denonce par un consommateur inquiet de la fiabilite du produit et de la fonction a laquelle il est soumis passe pour une faute, qui a coute des milions a sa societe. De mon cote, je considere cela comme une bonne chose: une entreprise qui vend un produit non-aboutis, et communique dessus, et qui ne voudrais pas prendre la responsabilite qui lui incombe, c'est certainement une tres bonne chose que le consommateur puisse ainsi demontrer les failles d'un systeme inacheve.
L'entreprise incrimine semble toujours en vie, et il y a fort a parier que cet evenement l'a rendu plus fort encore dans son secteur d'activite.

Internet fait disparaitre la friction qui limitai auparavant la diffusion et l'accessibilite des informations, qui nous concerne. Il est bien sur tres etrange de se rendre compte que le monde continue de tourner meme quand nous dormons, et qu'une histoire ou un evenement que nous avons vecu continue d'exister une fois cette evenement passe. Nous nous sommes meme evertue a creer le plus d'outils possible pour memoriser ces evenements: appareils photos et cameras... Et maintenant, sous pretexte que tout cela peut-etre compile et remis ensemble, il faudrait que tout cela disparaisse? Redefinir l'histoire a notre convenance, voila qui est une demarche tres Orwellienne, Miniver (en nov-langue) a toujours procede ainsi, une reecriture permanente de l'histoire.

Je ne veut pas d'une societe ou la population ne s'assume pas! Si diffamation il y a, il est possible de s'en proteger, mais dans 95% des cas, il ne s'agit pas de diffamation, mais plutot de la verite qui devient accessible a chacun. Une verite brute, dans sa plus simple forme est toujours plus violente qu'une histoire enrobe de nov-langue.

Alors oui, une education de chacun reste a faire face a cet outil qu'est Internet, tout comme il a ete necessaire d'eduquer l'usage des telephones portable dans les salles de cinema, et qu'il est necessaire d'eduquer les enfants a ecrire en suivant les lignes de son cahier.

No comments:

Post a Comment