December 20, 2010

[MaJ] De la centralisation a la redistribution

Je pense que c'est aqcuis mais je tiens a le repeter une nouvelle fois, je n'aime pas Facebook, car c'est un noeud de centralisation, je n'aime pas Twitter car c'est un noeud de centralisation, et je n'aime pas non plus ni MSN, ni Skype pour les memes raisons, et la multitude de services equivalent qui ne s'appuie que sur une seul chose: l'hebergement.
Bien sur, je suis un hypocrite absolue car j'utilise chacun de ces services (sauf MSN, il ne faut pas exagerer non plus).

Chacun de ces outils ont pour moi le defaut primaire absolue de ne pas comprendre ce qu'est Internet avant tout, un reseau de communication distribue, non pas un reseau centralise (c'etait le minitel), non pas un reseau decentraliser, (c'est l'actuel forme dominante qu'a pris Internet), mais avant tout, c'est un reseau distribue.



  • Le Minitel c'etait la forme (A)
  • La forme d'Internet actuel c'est la (B)
  • Internet c'est avant tout la forme (C)
Quand nous somme connecte au reseau, nous sommes a la fois un recepteur et un emmeteur, un client et un serveur.
Ce n'est qu'illusion de croire que nous avons besoins de nous rendre sur un serveur en particulier, que ce soit Twitter, Facebook, pour ainsi acceder a des donners supplementaires que mes amis ont ecrit et publie.
Pouquoi avoir besoin de centralisation? Car l'hebergement est la seul valeur (materiel) que l'on trouve dans le reseau, le kilobyte de stockage est la seul unite qui fait la jonction entre l'immateriel d'un service Internet, et le monde reel: qu'on le veuille ou non, il y a bien quelque part sur la planete un bout de disque dur qui stock la photo de mon profil Facebook, cette photo est tres certainement demultipliee sur plusieurs serveur afin d'y avoir acces plus rapidement, mais cette photo existe materiellement, sur un petit ensemble de kilobytes. L'espace de stockage reste l'element de valeur.
De l'autre cote, les FAI (ou ISP en anglais), se remunerent aux debits, et aux entree-sorties.
Ce qui coute tres cher dans les comptes d'exploitations de Facebook & Twitter, se sont les couts de bandes passantes et d'acces aux reseaux.

Que ce soit l'un ou l'autre de ces 'geants de pailles', leurs existences ne tient qu'a un fil, tant que nous seront plus nombreux a etre plus enclins a donner nos photos, informations & autres videos, alors nous seront des assujetie a la decision d'une minorite qui choisiera ce a quoi nous devons avoir acces.
A l'inverse, quand chacun aura compris qu'il souhaite definir par lui-meme ce qui tient appartient a sa vie prive, et ce qui ne l'est pas necessairement, alors petit a petit Internet glissera de la forme (B) a la forme (C)

Copyright © Spotify Ltd
[MaJ] Un service web qui a compris intelligemment ce que c'est qu'Internet, c'est Spotify, en developpant leurs propres interfaces de connection, et en implementant un systeme de peer-to-peer pour les echanges de contenus. Dans cette configuration, la valeur est bien aux extremitees du reseau, et non pas dans l'hebergement, l'inverse de ce que l'on trouve chez Facebook donc. C'est donc tout a fait normal de voir Spotify devenir un service rentable (avec quelques evasions fiscal tout de meme, on est pas des bisnounours non plus.) Quand on achete un abonnement chez les Spotify, on ne paye que pour avoir le droit d'acceder au reseau d'echanges, rien de plus, l'entreprise ne paye pas de son cote un hebergement montrueux de toute la musique. A l'inverse du petit francais Deezer qui reste bloque avec des contraintes d'hebergement, car ce service reste une solution centraliser (de forme B). Pour diminuer les couts d'exploitation de deezer, ils devraient certainement developper leurs propres client, ou alors, proposer une web application en local executable dans le navigateur?

No comments:

Post a Comment